Actualités juridiques

QPC : charges financières et résultat d’un groupe de sociétés fiscalement intégré


2361  ENTREPRISE 15|05|2018


L’article 223 B du Code général des impôts, dans sa rédaction résultant de la loi du 25 décembre 2007, est relatif à la détermination du résultat d’ensemble soumis à l’impôt sur les sociétés d’un groupe fiscalement intégré. Le septième alinéa de cet article prévoit : « Lorsqu’une société a acheté, après le 1er janvier 1988, les titres d’une société qui devient membre du même groupe aux personnes qui la contrôlent, directement ou indirectement, ou à des sociétés que ces personnes contrôlent, directement ou indirectement, au sens de l’article L. 233-3 du code de commerce, les charges financières déduites pour la détermination du résultat d’ensemble sont rapportées à ce résultat pour une fraction égale au rapport du prix d’acquisition de ces titres à la somme du montant moyen des dettes, de chaque exercice, des entreprises membres du groupe. Le prix d’acquisition à retenir est réduit du montant des fonds apportés à la société cessionnaire lors d’une augmentation du capital réalisée simultanément à l’acquisition des titres à condition que ces fonds soient apportés à la société cessionnaire par une personne autre qu’une société membre du groupe ou, s’ils sont apportés par une société du groupe, qu’ils ne proviennent pas de crédits consentis par une personne non membre de ce groupe. La réintégration s’applique pendant l’exercice d’acquisition des titres et les huit exercices suivants ».

Une QPC soutenait que, en faisant obstacle à la déduction des charges financières exposées en cas de « rachat à soi-même » d’une société ensuite intégrée au groupe, ces dispositions priveraient le contribuable de la possibilité d’apporter la preuve que cette opération ne revêt pas un caractère fictif, dans un but uniquement fiscal. Il en résulterait une présomption irréfragable de fraude fiscale, contraire au principe d’égalité devant les charges publiques.

Le Conseil constitutionnel juge qu’en adoptant les dispositions contestées, le législateur a entendu faire obstacle à ce que, dans une telle opération financée en tout ou partie par l’emprunt, la prise en compte des bénéfices de la société rachetée, pour la détermination du résultat d’ensemble, soit compensée par la déduction des frais financiers exposés pour cette acquisition. Il a ainsi entendu éviter un cumul d’avantages fiscaux. En conséquence, elles n’instituent une présomption de fraude ou d’évasion fiscale. En outre, la situation visée par ces dispositions étant effectivement susceptible de donner lieu à un cumul d’avantages fiscaux, le législateur a retenu des critères objectifs et rationnels en fonction du but poursuivi.

 

[Cliquez pour lire la décision ]

Source : Cons. const., 20 avr. 2018, n° 2018-701 QPC