>> Accueil > Actualités juridiques > Bilan des défaillances des entreprises au 3e trimestre 2017


Actualités juridiques

Bilan des défaillances des entreprises au 3e trimestre 2017


2154  ENTREPRISE 21|11|2017


Altarès présente son étude trimestrielle sur les défaillances d’entreprises au 2e trimestre 2017. « Illustration […] d’une croissance retrouvée, cet été, le nombre trimestriel de défaillances d’entreprises est tombé sous le seuil des 11 000 pour la première fois en dix ans. Cette meilleure résistance des entreprises permet de ramener le nombre d’emplois menacés par les procédures judiciaires à 33 800 ; il y a seulement 3 ans nous en comptions 22 000 de plus. En données glissées sur douze mois, septembre signe la 34e baisse mensuelle consécutive du nombre de défaillances d’entreprises, exception faite de trois mois en 2015, où la hausse était de seulement l’épaisseur du trait », relève son directeur.

En tendance, le nombre de jugements d’ouverture baisse encore sensiblement ce troisième trimestre (- 5,2 % / 3e trimestre 2016), mais un peu moins vite que sur 9 mois (- 6,4 %) et sur 12 mois (- 8,3 %).

Chacune des natures de procédure est en recul par rapport à l’été 2016 :

  • 220 procédures de sauvegarde, soit seulement 2 % de l’ensemble des décisions, ont été prononcées (- 13,4%) ;
  • 3 150 redressements judiciaires (- 5,1 %) ;
  • et 7 460 liquidations judiciaires (- 5,0 %).

75 % des décisions portent sur des micro-entreprises de moins de trois salariés.

Si sur le 1er trimestre les TPE parvenaient à peine à passer dans le vert, sur le 2e trimestre la tendance était forte (- 6,7 %) et s’est confirmée (- 6,7 %) cet été 2017.

Les TPE de 3 à 9 salariés parviennent à stabiliser la sinistralité après avoir enregistré ces derniers trimestres des baisses très importantes (- 20 % il y a un an). Le chiffre repasse dans le rouge (+ 3,7 %) pour les PME de 20 à 49 salariés après avoir, comme les TPE, connu des améliorations rapides sur de nombreux trimestres.

La sinistralité des PME de 50 à 99 salariés se stabilise à un niveau bas, pendant que celle des PME de taille plus importante, à partir de 100 salariés, se réduit sensiblement (- 23 %).

La construction conserve une tendance à deux chiffres (- 10,9 %), tirée notamment par le gros œuvre (- 11 %), et plus précisément la construction de maisons individuelles (- 22 %) ou la maçonnerie générale (- 8 %). L’amélioration est de - 8 % dans le second œuvre et - 11 % dans les travaux publics. Dans l’immobilier, les agences enregistrent un recul de 41 % du nombre de procédures cet été.

Dans les services aux entreprises, le conseil en communication et gestion bascule à nouveau dans le rouge (+ 11 %), après des étés 2015 et 2016 plus favorables, tandis qu’au contraire les services d’architecture et d’ingénierie (- 15 %) poursuivent un redressement rapide amorcé dès l’été 2015.

De même, dans les services informatiques, la programmation informatique reste sous tension (+ 7 %) alors que le conseil en systèmes et logiciels informatiques (- 16 %) est sur une belle tendance depuis cinq étés.

Source : Communiqué Altarès, 24 oct. 2017