>> Accueil > Actualités juridiques > Le marché de l’immobilier ancien en Île-de-France au 2e trimestre 2018


Actualités juridiques

Le marché de l’immobilier ancien en Île-de-France au 2e trimestre 2018


2651  ACTES COURANTS - IMMOBILIER 01|10|2018


Dans la continuité des premiers mois de l’année, le marché immobilier francilien est resté bien orienté au 2e trimestre 2018. L’activité est toujours située à un niveau élevé, malgré un léger essoufflement des ventes, plus sensible dans la capitale et pour les appartements en petite couronne.

Le volume des ventes : un ralentissement modéré. Au 2e trimestre 2018, les volumes de ventes de logements anciens reculent en Île-de-France de 6 % par rapport à la même période en 2017, après un recul de 7 % au 1er trimestre 2018.

L’activité reste donc dynamique avec des niveaux proches du record historique de 2017. Le volume de ventes de logements anciens est encore supérieur de 23 % à celui d’un 2e trimestre moyen des 10 dernières années et de 4 % par rapport à la moyenne de la phase de très bonne conjoncture de 1999 à 2007. Sur les 12 derniers mois, les ventes sont stables.

Avec près de 9 000 transactions au 2e trimestre, les ventes d’appartements dans Paris reculent de 7 % en un an et de 11 % par rapport à la période de haute activité 1999-2007.

Après un début d’année très actif, le nombre de ventes d’appartements a également reculé en petite couronne (- 12 %) par rapport au 2e trimestre 2017. Contrairement à Paris, le nombre de transactions reste néanmoins supérieur à la période « haute » 1999-2007 (+ 4 %).

Dans le même temps, les ventes de maisons se sont érodées de 4 %, aussi bien en petite couronne qu’en grande couronne.

Enfin, en grande couronne, le volume des ventes d’appartements est en progression (+ 1 % en un an).

Une moindre progression de la hausse des prix. La pression de la demande s’est un peu relâchée depuis le début de l’année 2018 et les tensions sur les prix se sont modérées. Ce mouvement serait appelé à se prolonger cet automne.

Pour les appartements, la hausse des prix, qui atteignait 5,6 % par an aux 3e et 4e trimestres 2017, a été ramenée à 5,1 % au 1er trimestre 2018, puis à 4,8 % au 2e trimestre. Elle chuterait à 2,9 % par an en octobre 2018 d’après les indicateurs avancés sur les avant-contrats des notaires franciliens.

Le prix au m² atteint 9 300 € dans la capitale, soit une progression de 7,1 % par rapport au 2e trimestre 2017. 40 % des appartements parisiens ont été vendus à plus de 10 000 € le m² au 2e trimestre, contre 28 % à la même période il y a un an et 19 % il y a deux ans.

La hausse annuelle des prix en petite couronne connaît un léger ralentissement (entre 3 et 4 % selon les départements).

Vers un nouveau record des prix pour les appartements ? Après avoir atteint un pic en 2017 (124 450 transactions), le volume de ventes d’appartements anciens a légèrement diminué pour s'établir à 120 000 ventes du 3e trimestre 2017 au 2e trimestre 2018.

Le nombre de transactions reste élevé, supérieur de 8 % au niveau enregistré pendant la période « haute » 1999-2007.

Sur l'ensemble de la région, la hausse annuelle des prix s'est atténuée, passant de 5,6 % fin 2017 à 4,8 % au 2e trimestre. Ce ralentissement concerne les 4 départements les plus onéreux.

Le prix des appartements continuerait à augmenter mais à un rythme moins soutenu. En effet, d'après les indicateurs avancés sur les avant-contrats franciliens, la hausse annuelle du prix des appartements ralentirait dans les prochains mois, passant de 4,8 % au 2e trimestre 2018 à environ 3 % en octobre.

Les écarts de variation annuelle de prix devraient encore s’atténuer entre Paris (+ 4,2 % attendu en octobre 2018) et la grande couronne (+ 0,3 %).

Un nouveau record de prix au m² sur l'ensemble de l'Île-de-France devrait être atteint cet automne, supérieur de 300 € au pic de l'été 2012.

Les prix des maisons en légère hausse. Le prix des maisons franciliennes est en légère hausse (+ 300 000 €). Avec près de 56 000 ventes du 3e trimestre 2017 au 2e trimestre 2018, le marché de la maison ancienne reste dynamique en Île-de-France et proche du record de 2017 (57 140 transactions).

Le volume de ventes est supérieur de 2 % aux 12 mois précédents et de 13 % à la période « haute » 1999-2007.

Le prix des maisons anciennes, petite et grande couronne confondues, a augmenté de 2,5 % en un an, contre 2,8 % pour le prix au m² des appartements sur le même secteur géographique.

La hausse annuelle modérée du prix des maisons se confirmerait cet automne (2,5 % en octobre 2018). Le prix des maisons pourrait ainsi dépasser 310 000 € et se rapprocher ainsi du record historique de 315 000 € enregistré au 3e trimestre 2011.

Source : Notaires Paris-IDF, dossier de presse 6 sept. 2018